La sélection d’octobre 2013

Résumé de ce Raging d’Octobre Marseillais:

Come Prima :
Une “roadBD” brillante de l’avis de tous les chroniqueurs. Parfaite maîtrise graphique de la part d’Alfred, les personnages et les sentiments sont justes et permettent au lecteur de s’identifier à un moment ou un autre. Un bien bel ouvrage.

La Main Rouge :
Un sujet de fond intéressant, des noms connus à l’attaque du sujet. Tout est théoriquement posé pour avoir une bonne bande dessinée et pourtant…c’est totalement raté. Dessin plus qu’approximatif, scénario alibi, traitement du sujet historique insuffisant, “La main rouge” est à oublier de toute urgence !

La saison des billes :
un bel objet, un graphisme séduisant et hélas la saison des billes ne va pas assez au fond des choses. Les grandes aventures et questionnements de l’enfance et de l’adolescence auraient dû être traités plus en profondeur. On dirait que l’auteur n’a tout simplement pas osé nous interpeller dessus et c’est bien dommage.

Mauvais genre :
La BD de la sélection de l’avis de tous. Le dessin est beau, l’utilisation des couleurs astucieuses. Côté traitement de l’histoire, Chloé Cruchaudet fait preuve d’une parfaite maîtrise et aborde la questions du genre, de la sexualité dans une époque (Première guerre mondiale) où la société était pour le moins peu ouverte sur ces questions. Tout cela en évitant le glande et le graveleux. Bref, un bravo général !

Montage :
Des avis mitigés de la part des chroniqueurs, bien que de l’avis de tous, ce manga restera pas dans l’histoire. L’histoire met du temps à démarrer mais certains ont trouvé dans la fin du premier tome de bonnes raisons pour s’intéresser à la suite. D’autres l’éviteront n’ayant trouvé aucun intérêt à ce premier tome.

Punk Rock Jesus
Un titre alléchant, par un auteur qui avait ravi les chroniqueurs marseillais avec “Joe, l’aventure intérieure”. Deux camps se dégagent : les déçus qui ont trouvés cet album confus, indigeste voire sans aucune utilité et les fans du genre qui ont salué le côté série B totalement assumé qui satisfera l’adolescent fan de blockbuster à tendance débile assumée qui sommeille (et se réveille parfois) encore chez certains d’entre nous….

You may also like